• Décisions dues à la pandémie

      Les accompagnements et formations présentiels proposés par le SCCCF
      sont suspendus jusqu'au 30 avril 2020.
      La Doc sera aussi fermée du 17 mars au 30 avril 2020
      mais des commandes peuvent être faites
      par courriel catedoc@cath-fr.ch ou au 026 426 34 23.

       

      LIEN SCCCF POUR DÉCOUVRIR DE MULTIPLES PROPOSITIONS

      POUR VIVRE CE TEMPS DE DÉSERT DANS LA FOI ET LA PRIÈRE

       

      Giotto di Bondone : L'Entrée du Christ dans Jérusalem

       

      Chant : Avec toi, nous irons au désert - Ensemble Vocal l'Alliance

                 
    • Décisions dues à la pandémie

      Les accompagnements et formations présentiels proposés par le SCCCF

      sont suspendus jusqu'au 30 avril 2020.

      La Doc sera aussi fermée du 17 mars au 30 avril 2020

      mais des commandes peuvent être faites

      par courriel catedoc@cath-fr.ch ou au 026 426 34 23.

         

      LIEN SCCCF POUR DÉCOUVRIR DE MULTIPLES PROPOSITIONS

      POUR VIVRE CE TEMPS DE DÉSERT DANS LA FOI ET LA PRIÈRE

           

      MÉDITATIONS DU PAPE FRANÇOIS

      sur le récit de la tempête apaisée selon l'évangile de Marc 4, 35-41

      27 mars 2020

             
    • Décisions dues à la pandémie

      Les accompagnements et formations présentiels proposés par le SCCCF

      sont suspendus jusqu'au 30 avril 2020.

      La Doc sera aussi fermée du 17 mars au 30 avril 2020

      mais des commandes peuvent être faites

      par courriel catedoc@cath-fr.ch ou au 026 426 34 23.

         

      LIEN SCCCF POUR DÉCOUVRIR DE MULTIPLES PROPOSITIONS

      POUR VIVRE CE TEMPS DE DÉSERT DANS LA FOI ET LA PRIÈRE

             

      Bénédiction Urbi et Orbi exceptionnelle du pape François

      Vendredi 27 mars 2020 à 18h

                 
    • Décisions dues à la pandémie

       

      Toutes les activités du SCCCF sont suspendues jusqu'au 30 avril 2020.

      La Doc sera aussi fermée du 17 mars au 30 avril 2020.

         

      LIEN POUR DÉCOUVRIR DE MULTIPLES PROPOSITIONS

      POUR VIVRE CE TEMPS DE DÉSERT DANS LA FOI ET LA PRIÈRE

       

      Covid-19 : Tous en prière pour l'Annonciation - KTO

         

      « En ces jours d'épreuve, alors que l'humanité tremble devant la menace de la pandémie, je voudrais proposer à tous les chrétiens d'unir leurs voix au Ciel, a expliqué le Pape. J'invite tous les chefs des Églises et les dirigeants de toutes les communautés chrétiennes, ainsi que tous les chrétiens des différentes confessions, à invoquer le Dieu Très Haut et Tout-Puissant, en récitant en même temps la prière que Jésus Notre Seigneur nous a apprise.

      J'invite donc tout le monde à réciter le Notre Père mercredi prochain,

      le 25 mars, à midi.

      Le jour où de nombreux chrétiens se souviennent de l'annonce à la Vierge Marie de l'incarnation du Verbe, que le Seigneur entende la prière unanime de tous ses disciples qui se préparent à célébrer la victoire du Christ ressuscité »,

      Pape François, 22.03.2020.

                 
    • Sacralité et sainteté

      UN PRÉCIEUX PETIT LIVRE À LIRE OU À RELIRE ET À FAIRE LIRE PAR LES TEMPS  ET LES DÉCLARATIONS QUI COURENT.

      "Tout se passe comme si on avait confondu sacralité et sainteté. Pour le chrétien, rien n’est sacré mais tout est sanctifiable. Il est alors urgent de redécouvrir que si la sainteté est foncièrement chrétienne, la sacralité, elle, est une notion païenne, appartenant au fond archaïque de l'humanité, sorte d’inconscient collectif qui résiste à l'évangélisation. Les religions premières, au sens où on parle des « arts premiers » se sont efforcées d'exorciser le sacré et de le réguler. Le christianisme, lui, le débusque et le récuse au nom du Dieu de l'Alliance et de l'Incarnation. Notre Dieu ne se tient pas et ne nous tient pas à distance. Il est celui qui s’approche de l’homme (Deutéronome 4, 7)

      Alors que, par sa sainteté, le Dieu unique nous sanctifie, dans le sacré, les dieux multiples marquent leur distance afin de mieux dominer, et de mieux conforter le pouvoir de ceux qui dominent. Il y a ainsi une fonction politique du sacré : il sacralise le pouvoir et le rend, lui aussi, intouchable. Les empereurs romains sont peu à peu « divinisés », d'abord après leur mort, puis de leur vivant. Pharaon, en Égypte, a besoin de son clergé pour régner, mais aussi les rois de France, dont le « sacre » à Reims devient quasi-sacrement.

      Alors qu’on révère le Sacré de très loin avec crainte et tremblement, la sainteté nous appelle et nous attire. Nous supplions : « Viens, Esprit de sainteté ! » C’est le péché qui s’oppose à la sainteté, pas le profane, pas la création sortie des mains de Dieu.

      Rien, pour nous, n’est plus profane. Le travail des hommes n’est plus profane, contrairement à ce que pensaient, dans les années 1950, ceux qui admettaient qu’un prêtre puisse enseigner les mathématiques mais qui se scandalisaient de le voir travailler « de ses mains consacrées ». Le pain des hommes n’est jamais profane, ni la vie des hommes, ni l’amour humain, puisque tout cela est don de Dieu.

          S’il arrive, que dans le christianisme, on parle d’hommes de Dieu ou de temps et d'espaces pour Dieu, ce n'est pas pour les mettre à part d’un univers profane, sans Dieu, mais pour signifier, rappeler, manifester la présence universelle de Dieu. Comme le clocher au milieu du village ne signifie pas que Dieu est assigné à résidence dans le bâtiment église mais rappelle qu’il habite toutes les demeures des hommes. Le pouvoir, l'argent, la sexualité ne sont pas profanes puisqu’ils nous sont donnés pour vivre le partage et la communion. Pas profanes, mais toujours menacés d'être profanés, lorsque nous les détournons de la vocation.  Et nous profanons ces réalités saintes précisément en les sacralisant et en en faisant des idoles. Le risque existe même pour des objets religieux qui capteraient, retiendraient pour eux l’adoration réservée au Dieu unique." p.63-65      
    • Saint Augustin

           

      "Pour vous, je suis l'évêque.

      Avec vous je suis un chrétien.

      Évêque, c'est le titre d'une charge.

      Chrétien, c'est le nom de la grâce.

      Que le fait d'être racheté avec vous

      me séduise davantage

      que celui d'être votre chef."

      Parole de St Augustin à méditer

       
    • Saint Joseph

      Ce livre, paru en 2012 mais toujours inégalé, nous permet, à la lumière de l’Ancien Testament, de méditer en profondeur la richesse de la personnalité de Joseph.

      Un homme hors du commun pour une mission hors du commun : être l’époux de Marie. Comme c’était le cas pour Adam, Joseph reçoit de Dieu lui-même Marie comme femme à l’orée du Nouveau Testament.

      On ne peut penser Joseph et Marie l’un sans l’autre. Joseph annonce Jésus, «l’Époux qui vient»; il est, devant Dieu, le fils avant le Fils.

      Un livre à lire, à relire et à offrir… et un saint à faire grandir dans nos cœurs, dans une saine théologie de l’Incarnation.

         
    • Pourquoi ?

      En hébreu, il y a deux "pourquoi" : lama ? et madou'ha ?

      Madou'ha est tourné vers le passé : pour quelle raison, j'exige une explication, je veux savoir la cause de ce qui m'arrive. Lama est tourné vers l'avenir : dans quel but, que dois-je faire avec ce qui m'arrive, comment accomplir la volonté de Dieu pour que l'avenir soit selon ce qu'il veut ?

      Le "pourquoi" des psaumes est toujours lama : "dans quel but ?"  L'homme de foi, au cœur du combat spirituel, désire comprendre où il va ; il ne demande pas des comptes à Dieu, mais il cherche à savoir comment accomplir ce que Dieu veut à travers l'épreuve.

      Claire Patier, Lire ensemble les psaumes, pp. 48-49

    • Dimanche de la Parole de Dieu

      Lorsque l’Écriture Sainte est lue dans le même esprit que celui avec lequel elle a été écrite, elle demeure toujours nouvelle. L’Ancien Testament n’est jamais vieux une fois qu’on le fait entrer dans le Nouveau, car tout est transformé par l’unique Esprit qui l’inspire.

      Tout le texte sacré possède une fonction prophétique : il ne concerne pas l’avenir, mais l'aujourd'hui de celui qui se nourrit de cette Parole. Jésus lui-même l’affirme clairement au début de son ministère : « Aujourd’hui s’accomplit ce passage de l’Écriture que vous venez d’entendre » (Lc 4, 21).

      Celui qui se nourrit chaque jour de la Parole de Dieu se fait, comme Jésus, contemporain des personnes qu’il rencontre; il n’est pas tenté de tomber dans des nostalgies stériles du passé ni dans des utopies désincarnées vers l’avenir.

      Pape François, Lettre apostolique Aperuit illis, n°12

    • Interdit ou impossible?

      Je veux vivre et Dieu veut que je vive. Nous voulons la même chose : le bien, mon bien. Dieu ne m'interdit rien, mais il m'avertit que les moyens que je veux employer, parfois sont très mal choisis.

      L'erreur d'Adam et Ève c'est de confondre l'interdit et l'impossible. Dieu leur dit qu'il est impossible de manger le fruit et de vivre ; ils comprennent que manger le fruit est interdit alors même que cela leur ferait du bien.

      Tous les commandements de Dieu pourtant ne font que nous avertir de ce qui est impossible. La tentation c'est de rêver un autre monde où l'impossible n'existe pas. Un monde où Adam et Ève peuvent manger du fruit mortel de l'arbre et ne pas mourir.

      Adrien Candiard, À Philémon, pp. 60-61